AU SOMMAIЯE

EDITO

« Ceux qui restent à Roubaix ne sont pas immobiles. » Une citation, dont je ne retrouve pas la source littéraire exacte. Mais je me souviens qui me l’a soufflée, où et quand. C’était à Roubaix. Evidemment. Et mon interlocutrice avait le sourire serein et dans les yeux une fierté innocente et bien réelle.

J’ai saisi mon téléphone et enregistré ces mots si justes, dans l’idée d’y réfléchir plus tard. Roubaix on y reste certes, mais surtout on n’en part jamais tout à fait. Plus que tout, on y revient.

Créer, innover, tester, oser… fait partie de l’ADN des Roubaisiens. Ici, loin de s’apitoyer sur son sort, on prend son cœur et son courage à deux mains et on y va ! Ensemble.

Le textile est mort ? Vive le textile ! À Roubaix, tout un réseau de femmes et d’hommes a décidé de le réinventer.

La brique est triste ? Vive l’art urbain ! À Roubaix, l’art colore les murs des friches et les parkings, sort des musées et des galeries pour conquérir la rue.

Roubaix est une ville-monde, un voyage au bout de la vie. Y rester c’est partir, loin, et découvrir des horizons nouveaux, des couleurs et des parfums. Ceux qui l’habitent, qui y développent leur activité, la choisissent avec la conviction que c’est la ville idéale pour faire bouger les lignes. Une ville où tout est possible. Surtout le meilleur.

La rédaction